Auto Europe Location Voiture Blog - Blog Voyages


Abitibi et baie James

Abitibi et baie James
© LHOON

Puisque nous en somme aux grandes traversées routières, laissez-moi vous emmener en Abitibi et jusqu’à la baie James. Départ prévu cette fois de Montréal. Avez-vous une carte sous les yeux? La Baie James, c’est cette prolongation au sud de la gigantesque baie glacée d’Hudson. “Sud” par rapport à la baie d’Hudson, mais franchement Nord par rapport au Québec. D’ailleurs, si vous voulez aller plus haut, ce sera l’avion ou le bateau. Pour ce qui est de la route, elle finit à Radison.

De Montréal, prenez la route 117 jusqu’à Val d’Or, capitale de la région Abitibi-Témiscamingue. Vous êtes déjà à 510 kms de Montréal, mais le voyage ne fait que commencer. Peut-être en avez-vous profité pour faire une halte à la réserve naturelle de la Vérendrye, que votre route a traversée de part en part : la pause, même de quelques jours, est largement conseillée. A Val d’Or, ville minière, lieu de rassemblement annuel du peuple cree qui habite la région, le dépaysement commence : hôtels, machines à sous, bars à danseuses… Presque le far-west dans cette ville créée par des prospecteurs en pleine ruée vers l’or. Mais la route n’a pas encore commencé : il s’en faut de 240 kms que vous rejoigniez Matagami, qui marque le véritable début de la route 109, celle de la Baie James.

Place au Nord. Avec ses 2300 habitants, Matagami est presque une grande ville. A titre de comparaison, Radison, tout au nord et à proximité du grand barrage hydroélectrique LG2 compte 350 habitants. C’est à Matagami qu’il faudra vérifier que vous avez tout ce qu’il vous faut : carburant (et liste des stations services ouvertes sur la route, que vous trouvez à l’office de tourisme ou sur internet) et anti-moustique au premier rang. On vous conseille d’ailleurs d’éviter le début de l’été, toujours propices aux hordes voraces et assoiffées de sang. Mais mis à part au coeur de l’hiver, on ne voit pas trop comment vous y échapperez de toutes manières… Et le coeur de l’hiver à ses propres inconvénients, qu’il n’est pas la peine de détailler, n’est-ce-pas, s’agissant d’un des endroits les plus froids du Québec…

Vous avez devant vous 620 kms de forêt boréale, paysage austère et dépeuplé s’il en est. Et vive l’épinette noire ! C’est un voyage hors du temps et de l’espace courant. Vous avez le choix d’aller vous prendre une claque devant l’ampleur du barrage LG2, surtout que la route vous aura bien préparé à prendre le premier tipee pour la tour Eiffel. Pour le retour, à part la même route, on ne voit pas trop, à part peut-être poursuivre depuis Val d’Or par l’exploration du lac saint-Jean via Chibougamau. Après cette boucle, vous aurez eu votre compte de Québec hostile et dépeuplé, ou alors vous êtes bons pour vous installer au nord du Labrador ! Pour ce qui est de l’animation de Chibougamau et ses 8600 habitants, le chanteur Richard Desjardins, originaire de l’Abitibi, a ces mots cruels mais définitifs : “j’arrive au bar de l’hôtel central de Chibougamau, le bar ‘les copains’. Y’avait un gars qu’était là. Y’en avait un. Je m’informe au sujet des attractions touristiques. Y m’dit ‘le bureau d’poste vient d’fermer. Pis la danceuse elle va commencer un peu plus tard”. Prenez de la lecture !

This entry was posted in Voyages/ Vacances/Découvertes. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*